Partagez vos données naturalistes avec SIRFF

Chaque témoignage compte !

Nous vivons une période d'extinction majeure de la faune et de la flore et chaque témoignage compte. Les données partagées nous permettent d'alerter en amont de projets, de prioriser les actions de protection, etc.

Partagez avec nous vos observations et aidez-nous à mieux connaitre le département pour mieux protéger la biodiversité

Participer demande de prendre le temps d'observer mais aussi un petit effort : la saisie dans une base de données partagée. Au sein du réseau des associations de FNE Centre Val de Loire nous utilisons la base de données SIRFF.

Lien : http://sirff.fne-centrevaldel oire.org/index.php?cont=common &tpl=accueil&mod=citation& setForm=1

La consultation est accessible à tous en ligne. La saisie suppose de s'enregistrer au préalable (nom/login/mot de passe) et permet de collecter les informations à la fois sur la faune et la flore. A l'heure actuelle, 16 taxons peuvent être saisis des plus accessibles - odonates, mammifères - aux plus complexes -araignées, hémiptères, hyménoptères.

Cette base permet de différencier des données publiques, qui sont intégralement accessibles à tous et transmises au SINP (la plateforme nationale) et les données privées, accessibles à tous à l'échelle de la maille 10x10 km et la commune. La gestion de ces dernières est confiée, en Indre et Loire à la SEPANT, qui statue au cas par cas sur l'intérêt pour l'environnement, de la mise à disposition des données aux structures qui nous sollicitent.

Quelques petits conseils pour commencer tout seul

  • Pour être valide, l'observation devra comporter au minimum le nom de l'observateur, la date, le lieu, le nom de l'espèce. Les indications supplémentaires seront les bienvenues mais pas obligatoires. Toute observation est la bienvenue, même celle qui vous paraît assez banale.
  • Dans "créer un compte" n'oubliez pas de préciser le type de gestion souhaité : public ou confié à la SEPANT. Soyez attentif informations diffusées sur les espèces "sensibles" afin d'éviter une surfréquentation-dérangement des sites.
  • Pour les utilisateurs liés à d’autres associations, il peut être intéressant d’intégrer le nom de l’association dans le nom d’observateur (ex : SHT – Laurent Palussiere, ETL – Laurent Palussiere, …).
  • Pour vous aider téléchargez le guide d'utilisation (cf. PJ).
  • Si vous avez des difficultés ou des remarques à formuler, n'hésitez surtout pas à nous le signaler.

 

RECHERCHES NATURALISTES, LA REVUE DES PASSIONNÉS DE NATURE

« Recherches Naturalistes » est la revue de tous les passionnés de nature en région Centre-Val de Loire. Éditée par FNE Centre-Val de Loire, la fédération de la SEPANT, et le Conservatoire d’espaces naturels Centre-Val de Loire, cette revue est votre revue.

Nouvelle version, nouvelles rubriques, nouveau fonctionnement

C'est en juin 2015, que la revue « Recherches Naturalistes » a fait peau neuve. Cette nouvelle version a évolué sur la forme (nouveau design, couleurs) mais aussi sur le fond avec de nouvelles rubriques ouvertes sur la gestion et les acteurs de la protection de la nature, des brèves de territoire, des informations pour les lecteurs et internautes ou encore une présentation des actualités de l'observatoire régional de la biodiversité.

Jusqu’à ce renouveau, « Recherches naturalistes » était intégralement réalisée par des bénévoles déjà très investis dans la vie associative et la protection de la nature. Désormais, la revue est toujours portée par des bénévoles mais elle bénéficie également du soutien des salariés de FNE Centre-Val de Loire et du Conservatoire d'espaces naturels Centre-Val de Loire, les éditeurs de la revue.

Le Conservatoire et la Fédération se réimpliquent ainsi à la juste hauteur de l'ambition que les deux associations ont placé dans « Recherches naturalistes », à savoir en faire la revue régionale de référence dans les domaines de la connaissance et de la gestion de la nature pour favoriser une meilleure prise en compte par tous des enjeux cruciaux liés à la préservation de la biodiversité. 

En savoir plus sur cette nouvelle version de Recherches Naturalistes

Pour quoi ?

Pour mieux connaître la nature et les moyens de la préserver. Pour une meilleure prise en compte des enjeux liés à la protection de la biodiversité dans notre région.

Pour qui ?

Les passionnés de nature, de faune, de flore et d’habitats ; les élus et techniciens des collectivités ; les administrations ; les chercheurs, les gestionnaires, les étudiants, les amateurs et usagers de la nature...

 

 

Comment ?

Nouveau look, nouvelles rubriques, nombreuses illustrations couleurs, 60 à 80 pages.

Numéro précédent et à venir

Le second numéro, sorti en juillet 2016, était un numéro spécial portant sur la biodiversité en ville. Le troisième numéro est attendu pour décembre 2016. En attendant, découvrez le sommaire !

Le sommaire du 1er numéro

Le sommaire du 2nd numéro

Le sommaire du 3ème numéro

Informations complémentaires

Sur abonnement : 15€/deux numéros.

À l'unité : 8 €

Bulletin d'abonnement (abonnement à partir du numéro à venir)

Pour recevoir un numéro déjà paru ou faire un point sur votre abonnement, envoyer votre demande à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Conférence "Cinquante ans de protection de la nature en Touraine"

Dans le cadre de ces 50 ans, la SEPANT a organisé le 10 octobre 2016 une conférence-débat sur le thème : « Cinquante ans de protection de la nature en Touraine ». Une quarantaine de participants se sont réunis à l’Espace Agnès Sorel de Loches pour suivre l’événement.

Au programme, la projection du film «L’Indre, reine en sa vallée» et plusieurs interventions qui ont permis d’évoquer différents épisodes passés de la défense de l’environnement au sein de la vallée de l’Indre et à l’échelle de la Touraine.

Mme Métadier, Maire de Beaulieu-lès-Loches, a présenté les actions menées sur la vallée de l’Indre pour assurer sa protection notamment la création de l’ENS des prairies du Roy. Dominique Boutin a retracé l’historique de la SEPANT et son évolution en matière de défense de l’environnement en Touraine. Carole Lefèvre nous a illustré la lutte pour la protection de la nature avec la défense de la Lande de Larçay contre l'implantation d'un parc photovoltaique

La soirée s’est achevée par des échanges conviviaux autour d’un apéritif tourangeau bio.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des présentations de cette conférence-débat ici : PARTIE 1  et PARTIE 2.

Inventaire des zones humides sur le territoire du bassin versant de la Brenne

Réalisation d’un inventaire des zones humides sur le territoire du bassin versant de la Brenne dans le cadre du contrat de bassin

 

  • HISTORIQUE

Le syndicat de la rivière Brenne a été créé pour gérer les risques d’inondation et le nettoyage des cours d’eau. Puis ont surgi les thématiques de la biodiversité et de la qualité des eaux. Lors du dernier contrat de bassin, qui s’est achevé en 2014, une cartographie du réseau hydraulique a été réalisée.

La SEPANT a  alors proposé de réaliser un inventaire des zones humides du bassin, complété d’une réflexion et d’une analyse de leur état de conservation, dans le but de proposer une gestion restauratrice et/ou conservatoire de ces milieux. Intéressé, le syndicat a demandé à la SEPANT de rédiger un cahier des charges. Son projet a été retenu.

  • LE SYNDICAT DU BASSIN VERSANT DE LA BRENNE

Au sein du Syndicat interviennent, outre le président (un élu castelrenaudais), et les deux techniciens de rivière, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, la Direction départementale des territoires, l’ONEMA, le Conseil Départemental, la Chambre d’Agriculture, les fédérations de Chasseurs et de Pêcheurs, le GABTTO (agriculteurs bio), des représentants de l’agriculture conventionnelle, des industriels, notamment.

Les actions menées touchent les pratiques agricoles (diagnostic et conseil individuel à l’exploitation, viticulture, désherbage, gestion des intrants,…) et des pratiques non agricoles (information et formation sur les évolutions de la règlementation, semis de haies, protection de mares, formation des conseillers dans les coopératives et les négoces, échanges entre agriculteurs,… )

Le suivi des actions se fait à travers le suivi de la qualité des eaux (pollution générale, débits, nitrates et pesticides). Il reste à l’heure actuelle une importante pollution diffuse d’origine agricole dans certains secteurs.

  • LE PROJET

L’inventaire doit s’étaler sur 3 ans. Il est prévu d’inventorier les habitats (phytosociologie, cortèges d’espèces, espèces indicatrices, espèces patrimoniales,…) d’une petite moitié du territoire (zones la plus polluée) dès la première année. Les années deux et trois, les premières fiches d’action seront proposées et la gestion des milieux pourra commencer avant que tout le bassin soit inventorié. Les années quatre et cinq, encore mal définies, serviront au suivi des actions.

Les données fournies par la SEPANT devront être utilisables par les collectivités de façon à les aider à élaborer leurs PLU, trame verte et bleue, SCoT. Il y a donc un volet communication important et d’incessants va-et-vient de l’information entre les partenaires.

Le financement est assuré par l’AELB, le Conseil Général, le Conseil Régional et la SEPANT.

Le porteur de projet est le Syndicat de bassin. L’AELB impose ses contraintes : méthodologie, logiciels utilisés, format des rendus, etc… ce qui permet une cohérence au niveau national.

  • LES MOYENS HUMAINS

Le projet occupe un salarié pour l’étude de la flore et des habitats, et la construction des données cartographiques. Ponctuellement, un autre salarié a complété l’inventaire floristique par des données faunistiques. Des bénévoles accompagnent les salariés pour découvrir concrètement le travail de terrain, apporter des compléments pédologiques, faunes ou flores selon leur spécialité.

  • LA DEMARCHE DE LA SEPANT

Toutes les données sur le secteur ont été compilées (état des lieux avant inventaire). La pré-localisation des zones humides a été réalisée par photo-interprétation sur environ un quart du territoire à prospecter dès la première  année. Le reste de la pré-localisation a été effectué en utilisant des logiciels de modélisation statistique. Pour cette dernière étape, il était nécessaire de disposer de données de terrain pour calibrer les modèles.

Des sorties sur le terrain ont eu lieu, pour confronter la pré-localisation (théorique) et la réalité, puis pour homogénéiser la méthodologie appliquée sur le terrain par les différents intervenants.

Puis la SEPANT propose à ses partenaires la détermination des premiers secteurs sur lesquels des actions sont envisageables, en matière de protection ou de restauration de zones humides.

Grâce au projet Brenne, la SEPANT a acquis une méthodologie et un savoir-faire sur l’étude des zones humides, qui pourrait être ensuite utilisé dans d’autres bassins de rivière en Indre et Loire.

Pour PLUS D’INFORMATION sur les méthodes d’inventaire, l’analyse des données, les moyens de gestion et de restauration, on peut consulter sur Internet les sites sur le Forum des Marais Atlantiques et RhoMeO.

Evénements

Newsletter, inscrivez-vous !

Recevez directement les dernières informations de la SEPANT et ne manquez aucune sortie!