Dernières actus

  • La Sepant vous invite à  voter pour le projet porté par le Collectif Cycliste 37 (CC37)

    Et si la pratique du vélo devenait un modèle de déplacement pour tous ? 

    A la clé une subvention de la fondation Hulot d'un montant de 5000 ou 10 000 euros pour le CC37 ! Cela leur permettrait d'acheter un vélo cargo ;)

    N'hésitez pas diffuser l'information autour de vous :)

     

    On crée un compte et on vote tous les jours jusqu'au 30 novembre !

    http://www.mypositiveimpact.org/les-solutions/en-selle-pour-le-climat

  • CouvRN N1  Découvrez "Recherches naturalistes" la revue des passionnés de Nature en région Centre Val de Loire !

    Plus d'info ICI

  • La SEPANT met à la disposition des particuliers une permanence téléphonique :

    Tous les mardis de 17h à 18h au 09 64 10 82 16

La nouvelle centrale de cogénération biomasse, investissement de 35 millions d’euros de la Société Dalkia, à St Pierre des Corps, a vocation a fournir du chauffage et de l’eau chaude sanitaire aux HLM du Santias, de Rochepinard et des Rives du Cher (8 000 logements dans un premier temps, 13 400 ensuite) et de l’électricité qui sera revendue à EDF. La chaudière engloutira environ 92 000 tonnes de bois par an, prélevées dans un rayon de 100 kilomètres autour de la Centrale. Ce sera l’une des plus grosses production de chaleur et d’électricité à partir du « bois-énergie » de France.

La SEPANT a émis de vives réserves sur cette réalisation, et notamment son gigantisme. Pour Michel Durand, « L’idée, c’est de remplacer le gaz par le bois, donc de continuer à produire au moins autant d’énergie, alors que ce qui prime, c’est l’amélioration de l’isolation thermique pour justement en dépenser moins. On se trompe de stratégie ». Le Président de la SEPANT fait un parallèle avec les agro-carburants, favorisés dans un premier temps par Bruxelles, qui a fait ensuite machine arrière, constatant le manque d’efficacité en terme de réduction du CO2. Quant à la possibilité de trouver 92 000 tonnes de bois dans la Région, elle se heurte au scepticisme du Président de la SEPANT, sachant que la forêt appartient surtout à des milliers de petits propriétaires privés, et par ailleurs que la forêt doit faire l’objet d’une gestion environnementale.

L’analyse est proche de celle d’Arbocentre, favorable au développement de la filière bois-énergie qui permettra d’utiliser du bois que les forestiers n’auraient pas exploité. Mais le filière n’est pas assez structurée pour passer rapidement de 10 000 tonnes à 100 000 tonnes de bois par an dans la Région : il faudra nécessairement faire venir du bois d’autres régions.

 

source : La Nouvelle République – 01/10/2013

Evénements

Newsletter, inscrivez-vous !

Recevez directement les dernières informations de la SEPANT et ne manquez aucune sortie!