Selon l'association Loire Grands Migrateurs (Logrami), créée par des pêcheurs pour étudier les populations de poissons migrateurs sur l'ensemble du bassin de la Loire (car l'échelle départementale n'est pas pertinente), les résultats des observations sont plutôt positifs. L'étude porte sur un ensemble de 30 départements et sur 115 000 m2 de cours d'eau, l'association disposant des outils nécessaires pour la collecte et l'analyse de données, et par suite pour l'aide à la décision. Les poissons suivis sont l'alose, la lamproie, la truite de mer, l'anguille et le saumon (l'esturgeon n'étant plus présent dans le bassin de la Loire). Le saumon est le poisson le plus emblématique des grandes migrations : il y a trente ans, on n'observait plus qu'une centaine d'individus remontant le fleuve ; aujourd'hui on compte 550 individus par an. . Le saumon est présent dans la Loire elle-même, mais aussi dans des affluents comme la Vienne, la Creuse, la Gartempe. Si on ne retrouve pas les niveaux du début du XX siècle, où l'on estime à 100 000 le nombre de saumons capturés par les pêcheurs à la ligne. L'espèce est donc beaucoup moins nombreuse, mais elle est néanmoins considérée comme étant hors de danger d'extinction. Les saumons qui se reproduisent dans la Loire repartent ensuite vers la mer, jusqu'au Groenland, pour se développer, en se nourrissant notamment de crevettes. L'arasement de certains obstacles, comme le barrage de Maison-Rouge sur la Vienne, ou le barrage de Blois, ont facilité son retour ; mais il reste des milliers de barrages sur le bassin de la Loire ! Et aussi un autre ennemi, le silure, prédateur qui attaque le saumon aux barrages, dans les passes à poissons, pour s'en repaître...

(source : La Nouvelle République – 06/05, 09/05/2017)

Evénements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
5
6
7
8
9
11
12
14
17
18
19
21
22
23
24
25
26
27
28
31

Newsletter, inscrivez-vous !

Recevez directement les dernières informations de la SEPANT et ne manquez aucune sortie!