Ballan-Miré : découverte des mares et des ruisseaux du nord de la commune

La Fête de la Nature a été célébrée un peu partout en France, et en particulier à Ballan-Miré où les associations « Pour un cadre de vie préservé à Ballan-Miré » et « Quartier des Prés » ont organisé leur première balade de découverte des mares et des ruisseaux de la partie nord de la commune. Les ballanais présents ont ainsi pu découvrir les richesses naturelles de leur commune, comme la Fontaine Sainte-Rose et de nombreuses mares qui se vident et se remplissent au gré des saisons. « Une biodiversité certes ordinaire, mais que l'homme aurait tout intérêt à préserver s'il souhaite vivre encore longtemps en contact avec notre belle nature », observait Laure Javelot, présidente de « Pour un cadre de vie préservé à Ballan-Miré », à l'initiative de cette sortie.

(source : La Nouvelle République – 24/05/2017)

Montbazon : après les travaux sur l'Ilette, place aux plantations

Après l'achèvement des travaux de terrassement sur la Douve et sur l'Indre, à Montbazon, des aménagements et une végétalisation du site sont programmés par le Syndicat d'aménagement de la Vallée de l'Indre (SAVI). Les berges de l'Indre vont être renforcées par des travaux de génie végétal, avec la mise en place de fascines pré-végétalisées ou de toiles biodégradables supports de plantes semi-aquatiques. La Douve, bras stagnant de l'Indre, rétréci lors des travaux de génie civil, va être re-végétalisé grâce à l'ensemencement de nombreux plants d'iris jaunes, de joncs, salicaires et autres plantes présentes naturellement dans les cours d'eau de la Vallée de l'Indre. Une troisième phase de travaux est prévue à l'automne, avec la plantation d'arbres et d'arbustes. L'accès à cette zone a été interdite par arrêté municipal, et des clôtures provisoires ont été disposées, pour protéger les plantations du piétinement et du vandalisme. Mais la partie centrale de l'Ilette, en prairies, est à nouveau ouverte et accessible à tous.

(source : La Nouvelle république – 22/05/2017)

Agriculture biologique : la Région se mobilise

Alors que les agriculteurs nouvellement convertis au bio attendent toujours les aides promises par l'Etat et par l'Union Européenne, la Région Centre-Val de Loire se mobilise pour sécuriser la filière. A l'initiative du groupe EEVL, la Région vient d'attribuer une aide de 200 000 € pour financer les dossiers 2017 de maintien en agriculture biologique. Cette enveloppe, ajoutée aux 200 000 €apportée par l'Etat, doit permettre par effet de levier de mobiliser 1,2 M.€ dans le cadre des fonds européens attribués au titre du deuxième pilier de la politique agricole commune (PAC). Ainsi, c'est 1,6 M.€ qui devraient être débloqués pour ce maintien de l'agriculture biologique dans la Région.

Source : La Nouvelle république – 19/05/2017

La Riche : L'AMAP fête le bio au Prieuré Saint-Cosme

L'Association pour le maintien d'un agriculture paysanne (AMAP) « La Riche en bio » organise le 21 mai sa fête annuelle au Prieuré Saint-Cosme, accueillant une quarantaine d'exposants, auprès desquels les visiteurs pourront faire leur marché, ou prendre un repas chaud comportant les produits fournis par les agriculteurs fournissant l'AMAP. Des gâteaux préparés par les adhérents et des boissons locales seront aussi proposées. Des artisans sont également présents, ainsi que des associations oeuvrant en faveur du développement durable (dont la SEPANT). Pour Jacques Dyonet, président de l'AMAP, « notre rêve est loin des pesticides et des marges qui écrasent les producteurs. Une autre consommation fondée sur la solidarité est aussi un engagement du citoyen. La Ville de La Riche a signé une charte zéro pesticide. L'aventure se poursuivra le 3 juin au Prieuré avec la présence de Catherine Levesque qui parlera de son ouvrage « le grand livre antitoxiques ».

(source : La Nouvelle République – 20/05, 24/05/2017)

Martre d'Indre-et-Loire : classement en catégorie nuisible contesté

Tous les trois ans, le Ministère de l'Ecologie et du Développement durable dresse la liste des espèces animales classées dans la catégorie des nuisibles, département par département. Sont généralement concernés le renard, la belette, la fouine, la martre, la pie et les corneilles ; en fonction des risques sanitaires supposés, de l'atteinte à la faune et à la flore, des nuisances pour les exploitations agricoles. Ce classement est très surveillé par les fédérations de chasseurs (pour réclamer l'extension du classement à d'autres espèces), et par les associations de défense de l'environnement, telles que France Nature Environnement (pour réclamer le déclassement de certaines espèces). Ainsi, le Conseil d'Etat a été saisi d'une requête de FNE concernant le Département de l'Indre-et-Loire, l'association contestant le classement de la martre parmi les espèces nuisibles. Le rapporteur public auprès de la haute juridiction n'a pas suivi les conclusions de FNE, estimant que les dommages causés par la martre dans les élevages avicoles sont importants, et justifient ce classement par arrêté ministériel dans la catégorie des nuisibles. Le Conseil d'Etat doit prendre quelques semaines pour trancher.

(source : La Nouvelle République – 19/05/2017)

Sous-catégories

Revue de presse

Vous retrouvez ici la revue de presse tourangelle sur les thématiques qu'intéressent la SEPANT.

Evénements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Newsletter, inscrivez-vous !

Recevez directement les dernières informations de la SEPANT et ne manquez aucune sortie!