Loches Sud Touraine : gérer l'eau potable en réduisant les inégalités et les pollutions

La nouvelle communauté de communes très vaste de Loches Sud Touraine, regroupant quatre anciennes communautés de communes, est confrontée à une gestion unifiée de potable. Or le prix de l'eau potable au m3 : elle varie de 1,47 € à 2,92 €. Les prix les plus élevés sont ceux du Ligueillois, et ceux de Montrésor ; en raison pour partie du faible nombre d'abonnés au km, mais aussi en fonction de la politique d'investissement des collectivités préexistantes. Des disparités existent aussi sur le mode de gestion : certains secteurs sont en délégation de service public à Veolia, d'autres sont en régie intercommunale (outre quelques régies d'eau municipales, que la loi oblige à disparaître). La qualité de l'eau, en outre, est inégale : ainsi, à La Chapelle-Blanche-Saint-Martin, on constate la présence dans l'eau de chlorure de vinyle monomère (due à des canalisations en PVC), et la présence d'un pesticide, l'atrazine. La pollution par cette substance est atténuée en mélangeant l'eau polluée avec l'eau provenant du captage de Ligueil, ce qui ne constitue pas un solution durable ! Enfin, la qualité du réseau est elle aussi variable, avec des déperditions importantes dans le réseau de distribution (rendement de seulement 70 % dans le Ligueillois).

 

(source : La Nouvelle République – 03/07/2017)

Restauration scolaire en Indre-et-Loire : comment recourir aux circuits courts

Le Département d'Indre-et-Loire a la responsabilité de la restauration scolaire pour les 54 collèges d'Indre-et-Loire, dans lesquels près de 2,7 millions de repas sont servis chaque année. Les élus et les chefs de cuisine des cantines scolaires ont commencé à réfléchir à un approvisionnement de proximité, et au recours privilégié aux circuits courts. Ainsi, pour les produits laitiers, une délégation conduite par le conseiller départemental Jean-Pierre Gaschet, en charge des questions agricoles, a visité la laiterie coopérative de Verneuil-sur-Indre, et étudié les possibilités d'approvisionnement groupé pour les collèges. Mais, pour la laiterie, l'adaptation des chaînes de production (par exemple, en fournissant le lait dans des outres de dix litres, plus faciles à utiliser pour les personnels des cantines, suppose d'avoir l'assurance de commandes importantes. Les contraintes sont fortes aussi du côté des collèges, pour lesquels le coût de revient d'un repas est fixé à 1,85 €, et le prix facturé aux familles des collégiens fixé à 3,16 € (charges incluses). Si on veut un approvisionnement local et de qualité, il faudra probablement augmenter ces montants de référence.

(source : La Nouvelle République – 01/07/2017)

Semaine des rivières : pour sensibiliser à la qualité des eaux

La Région Centre-Val de Loire organise la 7ème édition de la semaine des rivières, du 4 au 11 juin, en partenariat avec les agences de l'eau Loire-Bretagne et Seine-Normandie, les départements, les communes et les syndicats de rivières. De nombreuses animations sont assurées, pour notamment faire découvrir au public les travaux entrepris pour garder la qualité

de l'eau dans les rivières, ou pour la restaurer, et montrer la richesse de ce patrimoine naturel que sont les rivières (pêches électriques, ballades sur et au bord des rivières, etc.). L'amélioration de la qualité des eaux constitue un objectif défini par une directive européenne sur l'eau, déclinée à l'échelle inter-régionale à travers les Schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux, tel le SDAGE du Bassin Loire-Bretagne pour 2016-2021. La qualité des eaux souterraines (grandes nappes souterraines de la Beauce, et du Cénomanien) et des eaux de surface, dont seulement 31 % sont en bon état écologique dans la Région Centre-Val de Loire, constitue une urgence, tant dans l'intérêt des milieux naturels que de celui de l'économie. Le financement de la politique régionale de l'eau est inscrite au volet « Transition écologique et énergétique » du Contrat de Plan Etat-Région (CPER) pour 2015-2020, avec un budget global de 56,3 M/€ prévu pour améliorer l'état des eaux au cours de ces 6 années, les ressources étant apportées par la Région, et par les Agences de l'eau. La lutte contre les pollutions diffuses, et la restauration du cours des rivières (reconstitution des méandres, effacement des obstacles à la circulation des poissons, et des sédiments, reconstitution des zones inondables naturelles) figurent parmi les principaux travaux  à engager.

(source : La Tribune Hebdo de Tours – 23/05/2017)

Villeperdue : les riverains de l'autoroute A10 se mobilisent

L'élargissement programmé de l'autoroute A10 suscite le mécontentement de riverains, et diverses initiatives associatives. Après Sainte-Maure-de-Touraine, c'est à Villeperdue que des riverains ont décidé de rejoindre l'association Agir A10 Touraine. Le comité créé n'est pas hostile à la création d'une troisième voie de chaque côté, qui se rapprochera malheureusement encore plus des habitations, mais ils demandent que soit prise en compte intégralement la protection phonique, visuelle et acoustique dans l'intégralité de la traversée de la commune par l'autoroute ; et non pas ce que prévoit le projet, à savoir 400 mètres de protection, uniquement, sur près de 3 km. Les membres de l'association Agir A10 Touraine dénoncent le fait que l'élargissement de l'autoroute ne relève pas de la même réglementation que celle d'une nouvelle construction. Ils espèrent pouvoir négocier avec le groupe Vinci, maître d'ouvrage de l'élargissement, des mesures concrètes de protection des habitants des communes traversées, mesures qui n'ont pas été prises dans le passé.

(source : La Nouvelle République – 26/05/2017)

Nappes phréatiques : vigilance nécessaire en Touraine

Alors que la phase de recharge hivernale des nappes phréatiques se termine en avril, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), qui traite l'ensemble des données hydrologiques transmises par 1 700 capteurs dans la Région Centre-Val de Loire, dresse un bilan peu optimiste. En effet, si la situation la plus préoccupante concerne le nord du Département d'Indre-et-Loire (niveau faible dans la nappe de craie), les réserves restent globalement faibles, d'autant que le mois d'avril n'a pas permis de conforter le remplissage. La vigilance s'impose donc, le remplissage étant en retrait par rapport à la moyenne des 15 dernières années. Or les nappes sont très sollicitées, tant par l'agriculture que pour la consommation d'une partie des populations en eau potable. L'évolution dépend maintenant de la météorologie : soit des précipitations ponctuent les prochains mois, soit elles seront absentes, et des arrêtés sécheresse seront pris pour maîtriser les ressources, et mettront fin à l'irrigation estivale des cultures dans de nombreux bassins.

(source : La Tribune Hebdo de Tours – 23/05/2017)

Sous-catégories

Revue de presse

Vous retrouvez ici la revue de presse tourangelle sur les thématiques qu'intéressent la SEPANT.

Evénements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Newsletter, inscrivez-vous !

Recevez directement les dernières informations de la SEPANT et ne manquez aucune sortie!