Outils pédagogiques

En fonction des arrivages nous disposons de plaquettes de sensibilisation sur différents thèmes environnementaux : air, déchet, 0 pesticide, gaspillage alimentaire

Vous pouvez consulter nos ouvrages (livres, malettes, DVD) dans la rubrique "bibliothèque"

Vous pouvez consulter nos expositions dans la rubrique "exposition"

 

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.

Climat : sécheresse et hautes températures, l'Indre-et-Loire classée « en crise hydrique »

L'Indre-et-Loire connaît une période de sécheresse intense, aggravée par la montée du mercure depuis la fin juin 2017. En effet, le Département souffre depuis l'été 2016 d'un déficit pluviométrique de 50 %, l'hiver dernier ayant été l'un des trois plus secs de l'histoire météorologique. Si bien que le département a été classé parmi les zones « en crise hydrique » par le Ministère de l'Environnement. Le comité spécial sécheresse s'est réuni à plusieurs reprises à la Direction départementale des territoires. La préfecture a ordonné des restrictions des prélèvements dans nombre de cours d'eau, proscrivant les prélèvements « non prioritaires » (seuls les usages liés à la santé, la sécurité civile ou l'eau potable sont autorisés). Su les cours d'eau soumis à restrictions, les irrigants ont mis en place une organisation des prélèvements d'eau par roulement. Mais on constate, ces dernières années, que les périodes de sécheresse se multiplient en Indre-et-Loire : traduction locale d'un changement climatique global ?

(source : La Nouvelle République – 31/07/2017)

Arboretum de Veigné : à la découverte des insectes

A l'Arboretum de la Martinière, à Veigné, parc naturaliste labellisé « jardin remarquable », l'hôte des lieux, Michel Davo, est non seulement un spécialiste de la flore, c'est aussi un ami des insectes. Il les observe sur son domaine préservé de tout insecticide, avec passion : dans ses refuges à insectes, dans sa vigne vierge où vivent de nombreuses espèces, dans sa ruche où ses amies les abeilles lui fournissent la matière de ses exposés aux enfants des écoles. Les papillons sont particulièrement observés, tels le Tabac d'Espagne, vivant sur les chardons sauvages, qui se nourrit de violettes et de framboisiers ; le Citron qui apparaît le premier dans l'année, le Vulcain, le Tobert le diable, le Paon du jour que l'on trouve au-dessus des orties, le Demi-deuil amateur de graminées, le Machaon dont la chenille fréquente les carottes sauvages, l'anis, le cumin, le persil ou l'aneth, ... La diminution des traitements chimiques dans les champs permet ici et là le retour des papillons. On rencontre aussi à la Martinière les cétoines dorées, le hanneton des roses, les punaises arlequins, la mante religieuse, les capricornes, les phasmes, cloportes, frelons et guêpes maçonnes. Michel Davo se désole de voir que les insectes sont la « bête noire » de l'homme, sauf exception (comme la coccinelle), et il souhaite que l'on revienne aux praires non fauchées, aux cultures sans labour, pour ne pas détruire toute cette micro-faune. Ses deux étangs sont aussi le domaine de la Demoiselle, gracieuse libellule des marais.

(source : La Nouvelle République – 22/07/2017)

La SEPANT demande un plus grand respect des forêts alluviales

Le projet de déboisement d'une trentaines d'hectares de forêts alluviales à Berthenay et Saint-Genouph, sur le domaine public fluvial de la Loire, a provoqué une vive réaction de la SEPANT, qui avait déjà été très émue par la destruction de 14 hectares de forêts alluviales fin 2016 sur le site de Bondésir (Montlouis-sur-Loire) à l'initiative de la Direction départementale des territoires (DDT) d'Indre-et-Loire. En effet, la SEPANT souligne que ces interventions provoquent des dégâts souvent irréparables à la biodiversité, tant végétale qu'animale, dont certaines espèces protégées au plan national : oiseaux des grèves et des bois, coléoptères, odonates, notamment, et au contraire se traduisent par une forte progression des plantes invasives, qui conquièrent l'espace après travaux (ambroisie, renouée du Japon, robinier faux-acacia, notamment). A Bondésir, seul l'habitat du castor d'Europe a été préservé, in extremis, grâce à une intervention d'un technicien de la Maison de la Loire. L'association a réagi par une double démarche : d'une part, une demande au préfet de prescrire des mesures compensatoires environnementales, au nom du principe « éviter, réduire, compenser » inscrit au code de l'environnement. D'autre part, un dépôt de plainte contre X, auprès du Procureur de la République, pour destruction d'habitats et d'espèces protégées. Néanmoins, la Direction départementale des territoires entend poursuivre en aval de Tours la démarche consistant à confier des déboisements de forêts alluviales à une entreprise de bois-énergie, qui se paye sur les vents de plaquettes forestières produites. L'invocation du risque d'inondation, pour justifier cette démarche, est contestée par la SEPANT, car une partie des études sur la gestion des fleuves prône au contraire le maintien des forêts alluviales pour ralentir le flux en cas de crue, afin de protéger les ouvrages (digues et ponts, notamment), et de protéger les sols. Il est vrai que la végétation a progressé sur la Loire, depuis que l'action de l'homme (extractions de granulats) a entraîné le creusement du lit principal du fleuve, diminuant l'écoulement dans les chenaux secondaires. C'est donc selon la SEPANT une étude fine, au cas par cas, à laquelle on doit procéder, ainsi qu'à une analyse des effets sur la biodiversité ligérienne de la multiplication des chantiers de déboisement.

(source : La Nouvelle République - 27/07/2017)

Des kayakistes descendent la Loire pour nettoyer ses berges

Originaires de Mayenne, trois kayakistes de l'association SOLIDEX ont lancé l'opération « jetez-vous à l'eau », une descente de la Loire de la source au Mont-Gerbier des-Joncs à l'embouchure, à Saint-Nazaire, navigant sur la Loire en quête de déchets à ramasser tout au long du parcours. Ils ont choisi de mettre l'écologie et le respect de l'environnement au cœur de leur expédition. Ils ont des points d'appui au long de leur parcours, comme la Maison de la Loire qui les accueillait à Montlouis, où des bénévoles se sont joint à eux pour nettoyer les plages et les entiers du site de Bondésir. Des kits de ramassage ont été fournis par une société tourangelle de matériel nautique. Les membres de l'expédition ont récolté jusqu'ici 750 kilos de déchets (des appareils ménagers et une voiture n'ont pas pu être ramenés dans leurs filets), ce qui est à la fois beaucoup, et peu compte tenu de la longueur du parcours. Les déchets collectés sont remis aux collectivités riveraines de la Loire.

(source : La Nouvelle République – 17/07/2017)

Sous-catégories

Revue de presse

Vous retrouvez ici la revue de presse tourangelle sur les thématiques qu'intéressent la SEPANT.

Evénements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Newsletter, inscrivez-vous !

Recevez directement les dernières informations de la SEPANT et ne manquez aucune sortie!